Huachicol mon amour!

Avez-vous entendu parler du huachicol? Non? Rien d’étonnant…

Alors le huachicol, c’est ZE problème en ce moment au Mexique: la rupture de stock de combustible. Mais comment ça? A cause du vol de carburant, et de la lutte contre la corruption.

Je vous explique rapidement…

Depuis de nombreuses années, et sous couvert des quatre derniers présidents, les huachicoleros volent le carburant et le revendent… aux propres stations essence! Les conduits d’essence ont été perforés, et de là, les huachicoleros se servent allègrement. C’est comme si votre voisin installait un robinet sur votre canalisation d’eau pour avoir de l’eau gratuite. Ici, c’est pareil, mais avec l’essence.

daños-campo

Le prélèvement à la source, à la mode mexicaine!

Et ça a pris de telles proportions que par exemple, dans l’état voisin de Guanajuato, 80% de l’essence distribuée est issue du huachicol. Sur 5 litres que vous mettez dans votre réservoir, 4 proviennent du recel de carburant.

Notre nouveau président, Andrés Manuel Lopez Obrador, a décidé de faire du ménage là-dedans. Donc pour mettre fin à tout ça, il ferme le robinet à la source des conduits, recherche les robinets clandestins, et répare.

Le résultat: voilà déjà deux semaines que nous sommes en pénurie d’essence dans de nombreux états (bein oui, quand il nous manque 3/4 d’approvisionnement, forcément, ça s’en ressent). Du coup, plein de stations sont fermées, celles qui ont de l’essence sont prises d’assaut, et les gens font plusieurs heures de queue pour mettre 20 ou 30 litres dans le réservoir (le maximum autorisé actuellement).

On fait tirer ce qu’on a, on évite de prendre la voiture et on favorise les pieds, le covoit’, le vélo, les transports en commun. Et c’est pas plus mal de changer de rythme et de routine 🙂 En plus, ciao ciao la pollution!

C’est quand même impressionnant à voir, on dirait les films catastrophe, vous voyez le genre? Il y a même des gens qui se battent dans les files des stations essence…

Donc on a fait tirer tant qu’on a pu ce qu’on avait dans la voiture mais amendonné il a fallu, nous aussi, aller mettre de l’essence. Et ça, c’était dimanche! Et voici l’aventure…

22 heures, on part de la maison en recherche d’essence. On prend des coussins, des couvertures, et bien sûr, l’ukulele! On va à la station de l’avenue Tapalpa, proche de la maison. Pas d’essence, mais une file est formée, d’environ 5 véhicules. On se dit, on va voir à la prochaine, au cas où ils distribueraient. La prochaine, fermée. La suivante, une file de véhicules de plusieurs centaines de mètres et pas de distribution en cours. On décide de revenir à Tapalpa. La file n’a pas vraiment augmenté, on éteint la voiture, on papote, on sort et on joue un peu d’ukulelé. Les gens vont voir à la station, parlent avec les employés qui ne savent pas nous dire si la citerne va venir, et si oui, à quelle heure. On décide d’attendre malgré tout. Environ 45mn plus tard, un monsieur passe et nous dit « Avenue Cruz del Sur il y a une distribution en cours, il y a environ 40 minutes de queue mais il y a de l’essence ». On décide d’y aller. Effectivement, la queue est longue mais ça avance bien malgré tout. On économise l’essence, Miguel pousse la voiture, on avance et on voit la station essence au loin. Après environ 30mn de queue, on arrive à hauteur d’une dame, qui nous remet un bon pour pouvoir mettre de l’essence, elle nous dit qu’il reste 20 bons avant que l’essence ne se termine. On rit de joie, finalement on s’en sort plutôt pas mal!!! On continue d’avancer. Dix minutes plus tard, s’avance vers nous un monsieur vêti du costume G500 (la station essence), qui nous dit « je suis vraiment désolée, on n’a plus d’essence, vous voulez bien nous rendre le bon? ». Et là, on rit à nouveau, mais plutôt de désaroi hahaha!!! Retour au plan A, Tapalpa.

La file est plus longue, on se remet en bout, on éteint la voiture et on attend. On installe la tablette, on regarde un épisode de série, Miguel s’endort et moi je sane. Il est environ deux heures du matin. J’installe mon oreiller, la couverture, et me détends. Je m’endors presque, lorsque le bruit du passage d’un camion me réveille… raté, c’est un camion de Bonafont (les bidons d’eau). J’essaie de m’endormir, tant bien que mal entre le froid et le bruit des voitures. Re-un camion un peu plus tard… Youpiiiii, c’est une citerne de Pemex, le Total mexicain!!! Je regarde si elle s’arrête à la station essence, oui!!! Je réveille Miguel « la citerne est là! la citerne est là!!! C’est bon, ils vont nous servir! ». On attend quelques minutes, on voit la citerne repartir, mais pas de mouvement. Miguel sort de la voiture et va à la station. Ils ont bien été livrés, mais il n’y a que deux employés, qui expliquent que la station ouvrira à six heures, au petit matin. Les gens râlent et demandent qu’ils nous ouvrent, expliquant que pour la plupart d’entre nous, ça fait plus de 5h qu’on attend (la file est d’une bonne trentaine de véhicules). Impossible, il nous faudra attendre 6h du matin. Il est 3h.

Retour à la voiture, on met le réveil pour 6h et on s’endort. On a été servis à 6h30. Retour à la maison la tête dans le &%@§ à casi 7h du mat avec deux heures de sommeil dans le gosier. Mais on a bien rigolé!

50558636_10156897379596870_313554285012975616_n

Chabada bada, chabada bada!

Pourquoi payer un hôtel de luxe quand on peut passer une nuit romantique dans une voiture en attendant qu’ouvre la station essence? 🙂

Catégories : Le quotidien | Étiquettes : , , | Poster un commentaire

Navigation des articles

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web ou un blog gratuitement sur WordPress.com.

%d blogueurs aiment cette page :